Adèle Payen de la Garanderie, « De la fécondité poétique d’un titre. Les Petites Inventions de Rémy Belleau (1554-1556)  »

Le recueil des Petites Inventions (1554-1556) de Rémy Belleau est le témoin d’une époque de changements. Il s’inscrit d’abord dans le cadre d’un remaniement conceptuel important, affectant la notion rhétorique d’inventio, qui élargit ses contours définitionnels et bouleverse ainsi la nature même de la poésie ; il est d’autre part le fruit d’échanges poétiques nombreux, notamment avec Ronsard, aboutissant à un renouvellement des intentions, du style et des sources d’inspiration de la jeune Pléiade. C’est à l’aune de ces évolutions que nous nous interrogeons sur le sens du titre choisi par Rémy Belleau pour son recueil. Pourquoi parler d’inventions pour désigner la cerise, le papillon ou bien encore l’huître ? Pourquoi les caractériser d’emblée comme petites ? Cette étude propose à la fois une tentative de synthèse des trois principales intentions auctoriales portées par le titre et une exploration de leurs réalisations stylistiques, pour en saisir le caractère innovant – sans jamais négliger évidemment que toute invention est toujours une imitation originale qui emprunte à de nombreuses sources. Ainsi, les Petites Inventions célèbrent d’abord la naissance officielle d’un genre, l’hymne-blason, digne représentant du « beau style bas » réclamé par Ronsard, et pour lequel il convient de souligner l’influence des Géorgiques de Virgile ; elles ennoblissent également un style créé par Jean-Antoine de Baïf, le mignard, dont nous étudions deux caractéristiques récurrentes et significatives, les diminutifs et les formes en –ant ; elles nous invitent enfin à porter nos regards sur de petits objets du microcosme, dont les poèmes dévoilent le rôle primordial dans le cycle de l’univers, selon une conception qui s’inspire notamment aux Métamorphoses d’Ovide. Nous espérons ainsi expliquer le succès, à leur époque, des Petites Inventions de Rémy Belleau auprès des autres poètes de la Pléiade et prouver une fois de plus ce que l’adage virgilien a de fondé : « In tenui labor, at tenuis non gloria », c’est-à-dire, « Souci du petit, mais pas de petite gloire1 ».  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.