Julia Pont, «  Valeurs des inventions reverdiennes. Reverdy inventé par sa postérité  »

Lorsque l’on cherche à définir la postérité d’un auteur, il semble légitime de s’intéresser à la spécificité de son legs : qu’est-ce qui justifie qu’on le retienne ? Qu’a-t-il fait que d’autres n’ont pas fait ? Et plus précisément : qu’a-t-il fait que d’autres n’ont pas fait avant lui? En reconnaissant un auteur comme inventeur, on lui assure une place dans l’histoire littéraire : son œuvre « fait date » et explique éventuellement les évolutions à venir. Le discours qui permet d’instituer une invention en tant que telle joue un rôle dans le processus de la distinction littéraire1

Le poète Pierre Reverdy, né en 1889 et mort en 1960, contribua à l’élaboration critique du cubisme et de la poésie d’avant-garde dans les années 1915 à 1920. Or, si sa poésie et la clarté de son discours théorique ont marqué son temps, il n’a pas endossé le statut de l’inventeur. Dans la revue Nord-Sud, qu’il fonde en 1917, Reverdy médiatise une création moderne à laquelle il participe et dont il définit les contours dans des textes critiques, sans pour autant revendiquer la paternité du mouvement. Son esthétique s’élabore empiriquement, considérant a posteriori un ensemble d’œuvres, et cherchant à saisir les évolutions historiques de l’art. Il va ainsi à rebours d’un discours de l’invention programmatique, fondé sur l’idée de rupture avec le passé, et instituant un auteur comme premier maillon d’une nouvelle chaîne causale. En outre, l’œuvre littéraire est selon lui intimement liée à la personnalité de l’auteur. Chaque poète crée selon ses « moyens » propres et ne doit pas emprunter ceux d’un autre, à moins d’être un imposteur. Or, une telle conception de la poésie n’est pas compatible avec un discours de l’invention selon lequel une nouvelle technique est mise au service de la communauté des poètes pour être reproduite2. Dans cette perspective, nous évoquerons aussi le rapport compliqué de Pierre Reverdy à la question du plagiat, révélateur de ce rapport intime à l’œuvre. 

Dans un second temps, nous nous intéresserons à l’image de Pierre Reverdy dans la poésie actuelle : le recul de l’histoire permet-il de l’instituer a posteriori comme un inventeur ? Quel legs singulier les poètes qui lui rendent hommage lui reconnaissent-t-il ? Nous essaierons de montrer l’articulation entre la question de l’invention et celle de la postérité. Reverdy n’a pas programmé sa postérité en tant qu’inventeur ; pourtant, ses lecteurs reconnaissent la nécessité de son legs, définissant ses « inventions » a posteriori. Or, le legs de Pierre Reverdy est problématique parce qu’il n’a pas été clairement défini par le poète : en refusant de tenir un discours sur l’apport que constituait son œuvre et sur la rupture qu’elle provoquait éventuellement avec les autres, Reverdy a laissé grande ouverte la porte à des lectures divergentes. Son œuvre poétique hétérogène et la quantité de notes sur la poésie qu’il a léguées à la postérité ne permettent pas d’établir un portrait unique : selon que l’on s’attache à telle ou telle citation, à tel ou tel recueil écrits à telle ou telle périodes, se dessine une image différente du poète. Tantôt formaliste, tantôt lyrique, l’image de Reverdy dans la poésie contemporaine interroge les stratégies d’appropriation qui fondent l’héritage et invente peut-être le legs d’un auteur. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.