Daniel Rosenberg, « La Dialectique de l’invention chez Valéry : la forme expérimentale »

Cet article analyse le concept de l’invention chez Paul Valéry dans ses écrits critiques et poétiques, en se focalisant sur la notion de la forme comme instance créatrice. Représentant des tendances néo-formalistes dans la littérature et la critique moderne, Valéry a développé l’idée selon laquelle l’invention créative relève de l’engagement de la forme de l’œuvre avec son public. Sur ce point, Valéry se rattache  aux tendances intellectuelles de son temps, qui considéraient la forme comme une instance vivante, facilitant la réinterprétation et le renouvellement sémantique de l’œuvre à travers le temps. La forme indique, pour Valéry comme pour les autres penseurs de cette période, une fonction qui règle l’œuvre de l’auteur, en tant qu’instance communicable qui interpelle les destinateurs et les impliquent dans le processus de signification. 

L’idée d’invention proposée par Valéry renvoie aux notions similaires qui dominaient la pensée de son temps, et étaient formulées par d’éminents critiques comme Henri Focillon et Albert Thibaudet. Ces penseurs ont défendu l’idée d’une forme esthétique déterminant la nature de l’œuvre, se renouvelant continuellement  de moment en moment. La forme est un prérequis de l’invention, parce qu’elle ouvre un espace de possibilités dans lequel l’œuvre peut acquérir des sens nouveaux. C’est la forme de l’œuvre en tant qu’instance vivante (« mode de vie » dans le terme de Focillon, « physiologie » dans celui de Thibaudet) qui se constitue d’une expérience ou d’un essai expérimental, et qui se recrée et se réactualise continuellement.  

Valéry formule ses réflexions esthétiques à partir d’une reconsidération du rôle de l’auteur dans le processus créatif. La tache immédiate de l’auteur n’est pas d’exprimer des idées neuves, mais de mobiliser, de combiner, et d’arranger les éléments symboliques de son propre univers culturel, en les rendant plus universels et cohérents. L’activité de l’auteur est comparée à une équation mathématique, qui entraîne une relation d’égalité et de symétrie entre différentes variables, entre les « données » et le « résultat » du processus créatif. Cette opération, que Valéry associe au génie même, transforme et traduit des valeurs existantes sans n’y ajouter rien de neuf. Le résultat de ce processus est la forme, qui se constitue par la somme des actes entrepris par l’auteur, et qui représente une série de procédés, de règles, et de routines ordonnées et universalisables (Valéry désigne la forme comme « le fantôme d’un faire »).  

Dans ce sens, la forme peut être considérée comme le « comment » du produit esthétique, c’est-à-dire comme l’acte lui-même qui met de l’ordre dans les matériaux (les mots, les motifs, les couleurs, etc.). Dans la terminologie valéryenne, la forme esthétique correspond à la « potentialité » de l’œuvre, à savoir à sa négociabilité et à sa capacité de devenir autre chose qu’elle-même. L’analogie évolutionniste est ici utile : l’auteur n’engendre pas une créature individuelle, mais un phénotype, ou un agrégat de qualités, qui pourrait conduire à des buts différents, et même opposés l’un à l’autre. Plus la forme est versatile et adaptative, plus elle est en position d’accommoder des différentes interprétations et articulations. 

L’article examine les différentes manières dans lesquelles la forme joue un rôle capital dans le processus d’innovation, à travers des notions comme l’association imaginaire, l’ambiguïté, et la différence. L’idée de l’invention promue par les penseurs néo-formalistes se relie donc à une idée sophistiquée et dialectique de réception esthétique, et aux notions prescriptives dans les domaines de la création et de la critique. En se concentrant sur la notion de la forme comme une instance autonome et germinative, cette idée anticipe les tendances structuralistes de la pensée littéraire et artistique moderne, tendances qui mettent en valeur l’autonomie de l’œuvre par rapport à l’auteur, et son pouvoir d’actualisation perpétuel. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.