Vincent Clédel – Les objets merveilleux dans les romans arthuriens en vers : un pont entre les hommes et le surnaturel

Avant la consécration du Graal comme objet même de plusieurs romans des XIIe et XIIIe siècles, les récits prenant place dans la Bretagne du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde présentent de nombreux objets merveilleux. Pourtant, au-delà de quelques travaux de recensement, la critique n’a pas encore proposé d’étude d’ensemble sur ces objets merveilleux et leurs rôles dans ces fictions — en dehors du Graal et des objets qui lui sont liés.

En effet, parallèlement aux grandes études sur le merveilleux, telles que celles de Daniel Poirion[1], Francis Dubost[2] ou encore Jean-René Valette[3], qui traitent certes des objets merveilleux, mais sans leur accorder une place centrale, nous trouvons essentiellement des études thématiques, centrées par exemple sur une catégorie particulière d’objets[4].

Toutefois, même s’ils se révèlent être moins nombreux dans la littérature arthurienne que ce à quoi l’on pourrait s’attendre, les objets merveilleux semblent caractéristiques du surnaturel mis en œuvre dans ces romans, constituant ainsi un point d’entrée particulièrement riche dans la matière de Bretagne. Ils nous permettront de suivre deux axes de réflexion : le premier portera sur le roman arthurien lui-même, dont l’écriture et la construction peuvent paraître influencées par les objets merveilleux, notamment en ce qui concerne le roman en vers ; le second sur les modes de pensée de l’époque et la réception de l’altérité — dont le merveilleux est l’une des manifestations les plus frappantes —, face à laquelle les héros, à l’image du lecteur, sont le plus souvent partagés entre inquiétude et fascination.

Panorama des différents types d’objets merveilleux

Avant de procéder à une classification, il me semble nécessaire de préciser ce que nous entendrons par « objet merveilleux ». Si l’on suit l’étymologie ob-jectum, il s’agit de tout ce qui placé devant le sujet et suscite son émerveillement, au sens fort de l’étonnement tel que le concevait le Moyen Âge, proche de la stupéfaction. Le champ d’étude se révélant alors immense, nous appellerons objet ce qui se rapproche de l’artefact, ce qui relève d’une quelconque fabrication, humaine ou non — l’objet peut ainsi être d’origine divine ou féerique. Enfin, même si le Graal et les objets qui gravitent autour (la Lance et le Tailloir) entrent dans le champ ainsi défini, je ne m’y intéresserai pas ici, premièrement parce qu’ils ont déjà été étudiés en profondeur[5], mais surtout parce que le merveilleux qu’ils mettent en œuvre est essentiellement chrétien et tend à écraser toute autre forme de merveilleux, notamment celui d’origine bretonne.

Pour étudier ces objets merveilleux ainsi définis, nous les regrouperons dans deux catégories : d’un côté, ceux qui aident directement un personnage à accomplir une tâche ou une quête, ou l’entravent dans ce projet ; de l’autre, ceux qui permettent la reconnaissance de la nature (par exemple) héroïque d’un personnage — même s’ils peuvent également revêtir un aspect plus pratique —, qui favorisent donc son élection et font ainsi progresser l’intrigue. Dans les deux cas, l’objectif n’est pas de parvenir à une quelconque exhaustivité, mais plutôt de donner un aperçu de chaque catégorie, grâce à quelques exemples représentatifs.

Objets actifs ayant une fonction essentiellement pratique

Les objets agissant directement sur le héros — en sa faveur ou contre lui — le font aussi de façon ponctuelle dans la plupart des cas. Leur action se révèle souvent situationnelle, et il n’est pas rare que les objets de cette catégorie n’apparaissent qu’à une seule occasion, même si le narrateur peut parfois s’attarder sur leur description. Parmi ces objets, les anneaux font partie de ceux que l’on rencontre le plus souvent ; cela peut s’expliquer par la grande charge symbolique qu’ils possèdent intrinsèquement, que ce soit dans leurs diverses fonctions sociales ou dans leur circularité même[6]. Leurs fonctions en tant qu’objets merveilleux sont nombreuses et variées. Dans l’Yvain de Chrétien de Troyes, la servante Lunete donne à Yvain un anneau d’invisibilité lui permettant d’échapper à la colère des habitants d’une cité, qui veulent sa mort parce qu’il vient de tuer leur seigneur, Esclados le Roux[7]. Dans les Merveilles Rigomer, long roman en vers du milieu du XIIIe siècle revendiqué par Jehan, Lancelot se trouve réduit en esclavage à cause d’un anneau qui contrôle son esprit : la dame de Rigomer en fait remettre un aux chevaliers qui entrent dans son pays pour les faire travailler à diverses tâches avilissantes pour un membre de l’aristocratie — Gauvain retrouvera ainsi Lancelot aux cuisines, ce qui reste une humiliation minime par rapport à celles infligées à d’autres chevaliers[8]. Un autre anneau, plus étonnant peut-être, est celui donné à Perceval par une demoiselle dans la Deuxième Continuation de Wauchier de Denain, destiné à faire avancer la mule que la jeune femme donne au chevalier : sans l’anneau, la mule n’avancera pas, quel que soit le traitement qu’on lui imposera, alors que si Perceval porte l’anneau, la mule ira d’elle-même vers la destination requise[9]. Ces différents exemples d’anneaux nous permettent d’entrevoir la diversité des fonctions que peut avoir un objet merveilleux, et plus largement la variété des éléments associés à des merveilles, c’est-à-dire la richesse du merveilleux lui-même.

Nous trouvons également des cas limites d’objets, qui nécessitent que nous étirions un peu la définition donnée plus haut. Par exemple, les fontaines pourraient être exclues de la catégorie des objets, du fait de leur lien essentiel avec un élément naturel, voire du sens de simple « source » que peut prendre le mot. Toutefois, le surnaturel qu’elles mettent souvent en action semble relever d’une magie d’origine humaine ou féerique, et nous nous autorisons donc à les mentionner ici. Nous pouvons ainsi en donner deux exemples : celle dont l’eau bout, qui déclenche une tempête et convoque — invoque presque — le chevalier Esclados dans un passage bien connu d’Yvain (v. 378-480 et 798-812) ; on en trouve aussi une dans Fergus, roman du début du XIIIe siècle, possédant le pouvoir de guérir les blessures et située à côté d’une antique chapelle où vit un nain capable de prédire l’avenir[10].

La dernière catégorie d’objets que nous évoquerons ici est encore un cas limite, puisqu’il s’agit de consommables : les baumes et onguents, assez courants dans nos romans et souvent destinés à soigner un blessé. Dans Érec et Énide de Chrétien de Troyes, Arthur fait soigner Érec à l’aide d’un onguent aux vertus si efficaces qu’elles apparaissent surnaturelles[11], et, à nouveau dans Yvain, le héros sort de sa folle sauvagerie grâce à une demoiselle qui lui applique sur la tête (et tout le corps) un baume similaire (v. 2946-3019). Il est à noter que ces deux onguents ont été conçus par le même personnage, la fée Morgue ; de la même manière, c’est aussi une fée qui soigne Lancelot à l’aide d’un baume à l’efficacité merveilleuse dans les Merveilles Rigomer (v. 2609-2616) : nous pouvons ainsi voir que, dans ces romans du moins, fées et femmes ne sont pas toutes présentées sous un jour aussi négatif et antagoniste que ce que la tradition, à la suite notamment des romans en prose, a pu retenir. Toutefois, ce propos n’est nullement à généraliser, puisque nous trouvons enfin, dans la Quatrième Continuation de Gerbert de Montreuil, un baume de résurrection entre les mains d’une vieille sorcière : elle l’utilise sur des chevaliers tués chaque jour par Gornumant (qui donna à Perceval ses premiers cours de chevalerie et de courtoisie) et ses fils, au cours d’un siège auquel Perceval ne mettra fin qu’après avoir tué la sorcière elle-même. Ce baume, appliqué d’une certaine manière, permet de ressusciter même un homme décapité : dans un de ses élans de naïveté, Perceval décide de mener l’expérience et se voit attaqué par un homme qu’il a tué peu de temps avant[12].

À travers cette première présentation de quelques objets, la diversité de leur nature et de leurs fonctions semble évidente, même si tous nos exemples ont en commun de n’apparaître que de façon ponctuelle et d’avoir une action déterminée par une situation précise.

Objets ayant une fonction principalement élective

Il en est d’autres qui peuvent dépasser le cadre de la situation dans laquelle ils apparaissent, que ce soit en étant présents à plusieurs reprises ou pendant une longue période, ou encore en permettant directement la poursuite de l’aventure, notamment à travers l’élection du héros et la reconnaissance de son statut héroïque. Au premier rang de ces objets, nous trouvons les attributs de la chevalerie, les armes et armures. Les épées empreintes de merveilleux sont récurrentes : il y a évidemment Escalibor, l’épée d’Arthur extraite d’un rocher et poussant les barons bretons à reconnaître la suprématie du futur roi ; l’épée brisée, que Perceval doit ressouder pour montrer qu’il est l’élu des aventures du Graal, fonctionne sur un principe similaire ; dans Méraugis de Portlesguez de Raoul de Houdenc, Gauvain se voit chargé de trouver l’« Épée à l’Étrange Baudrier », laquelle possèderait quelque pouvoir, bien que le texte reste très vague sur ce point[13]. Ainsi, comme nous pouvions nous y attendre, les épées merveilleuses sont monnaie courante ; mais il est remarquable que ces épées soient d’une certaine manière passives, que leur propriétés surnaturelles soient minimes, voire inexistantes ou pas mentionnées : peut-être cela tient-il au fait que ces armes possèdent en elles-mêmes une importante charge symbolique, probablement la plus grande qui soit, et que les auteurs ne ressentent donc pas le besoin de leur conférer une charge surnaturelle en plus.

L’autre arme emblématique de la chevalerie est la lance : il n’est donc guère étonnant que nous trouvions des lances merveilleuses. Plus rares, elles apparaissent le plus souvent sous forme de tronçon de lance retrouvé dans le cadavre d’un chevalier : ces objets a priori inutiles prennent ainsi une importance nouvelle en tant que preuves matérielles d’un méfait commis. C’est ainsi que l’aventure de La Vengeance Raguidel de Raoul de Houdenc est lancée : le corps sans vie d’un chevalier parvient sur un rivage proche de Carlion ; un tronçon de lance est enfoncé dans son torse et une lettre explique que celui qui parviendra à le retirer devra venger la mort de ce chevalier ; alors que tous essaient, seul Gauvain retire le tronçon et c’est ainsi que sa quête commence[14]. Ce motif du tronçon de lance entraînant une quête de vengeance se retrouve dans la Première Continuation, mais sous une forme en quelque sorte inversée : Guerehet, frère de Gauvain, vient de tuer de sa lance un chevalier et une demoiselle lui apprend qu’il ne doit en aucun cas retirer le tronçon du cadavre, sous peine d’être lui-même tué[15].

Enfin, les éléments de protection sont également bien représentés, tout en possédant plus souvent des propriétés surnaturelles directement agissantes… et assez prévisibles. À nouveau dans La Vengeance Raguidel, Guengasoain, le meurtrier de Raguidel, porte une armure le rendant invincible que lui a offerte une fée — Gauvain ne pourra le vaincre qu’en le convainquant de ne pas la porter (v. 5372-5584). Dans la Quatrième Continuation de Gerbert de Montreuil, Perceval reçoit dans une chapelle un écu saint, blanc et portant une croix rouge, qui lui permet de mettre fin aux exactions du Chevalier au Dragon, dont l’écu est habité par un démon crachant du feu. Cet écu est remarquable car possédant nettement les deux types de fonction : il aide directement Perceval dans son combat contre le Chevalier au Dragon en faisant fuir le démon de l’écu, et permet ainsi d’identifier Perceval comme un chevalier providentiel (v. 5372-5429).

Parallèlement à ces attributs chevaleresques, certains objets merveilleux sont nécessaires à la progression de l’aventure en ce qu’ils sont étroitement liés aux lieux où elle doit se dérouler. Les châteaux enchantés sont ainsi relativement bien représentés, et peuvent être des lieux suscitant l’émerveillement du visiteur par leur simple absence d’habitants, ou des constructions véritablement surnaturelles. Nous en trouvons deux exemples dans Le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu. Le Château des Enchanteurs se voit ainsi longuement décrit et le narrateur insiste sur la richesse des matériaux et le nombre des tours[16] : Guinglain (ce « bel inconnu ») y est confronté à une « guivre » qui l’embrasse pour retrouver son apparence de belle jeune femme[17] (v. 3340-3343). Par la suite il assistera à la disparition surnaturelle du Château de l’Île d’Or, qui révèle ainsi son origine féerique (v. 5397-5422). Il est remarquable que ces deux châteaux soient présents plus ou moins aux deux extrémités du roman, le premier à la fin du premier tiers, le second dans les 800 derniers vers : ils semblent encadrer l’aventure, et rejoignent en cela un autre type d’objets de grande taille, les navires.

Les nefs merveilleuses sont en effet aussi nombreuses que les châteaux, leur nature surnaturelle relevant le plus souvent de leur propulsion et de leur navigation sans équipage. Ainsi, dans le dernier épisode de la Première Continuation, le cadavre de Brangemuer est amené dans un bateau tiré par un cygne — ce que l’on retrouve presque à l’identique dans La Vengeance Raguidel —, et c’est la même embarcation qui ramènera à la cour d’Arthur Guerehet victorieux (v. 8349-8370 et 9366-9376). La nef merveilleuse apparaît donc comme le moyen d’accès à l’Autre Monde où se déroule l’aventure, et ses interventions encadrent en cela, sinon le roman dans son ensemble, du moins des épisodes entiers, souvent primordiaux dans la révélation, l’élection ou la consécration du héros. Sur le plan de la diégèse, ils confèrent aux épisodes une grande cohérence, et renforcent donc la cohérence d’ensemble du roman, les liens unissant les différents motifs romanesques qui le composent.

De nombreux objets merveilleux se voient ainsi dotés d’une fonction diégétique importante, qu’il s’agisse de structurer le récit ou d’assurer la transition entre ses différentes parties. Ce rôle de construction diégétique joué par les objets merveilleux est probablement plus important dans les romans en vers que dans ceux en prose, précisément parce que les premiers reposent davantage sur une utilisation intensive de motifs narratifs.

Motifs narratifs et persistance du vers dans le roman du XIIIe siècle

Les motifs narratifs

La notion de motif narratif a d’abord été utilisée par les folkloristes afin de classifier les éléments narratifs et de faire émerger des contes-types. L’un des précurseurs en la matière est Stith Thompson, qui avance avec clarté des éléments de définition du motif :

« Un motif est le plus petit élément d’un conte ayant le pouvoir de se maintenir dans la tradition. Afin d’avoir ce pouvoir, il doit posséder quelque chose d’inhabituel et de frappant[18]. »

Quelques années avant de proposer cette définition concise du motif narratif dans The Folktale, S. Thompson proposait dans son « Introduction » au Motif-Index of Folk-Literature des éléments conférant à un motif une nature merveilleuse :

« Des expériences banales, comme manger et dormir, ne participent pas d’une telle tradition. Mais elles peuvent le faire si l’on y attache quelque chose de remarquable ou mémorable. Le simple fait de manger n’a guère d’intérêt dans une histoire. Le fait de manger sur une table magique, une nourriture fournie par des animaux adjuvants, une nourriture conférant une force magique : tout cela devient signifiant et susceptible d’être transmis par les conteurs[19]. »

Ainsi, dans ses premières définitions du motif, Thompson fait intervenir le merveilleux, et montre le rôle primordial de celui-ci dans la transformation de simples éléments de narration en motifs littéraires.

Les folkloristes qui écrivent à sa suite affinent les définitions. Max Lüthi en vient ainsi à distinguer différents types de motifs narratifs, selon leur rôle dans la construction du récit : à côté des motifs merveilleux fondateurs de l’aventure, tels que la Chasse au Cerf Blanc (dans Érec et Énide et La Vengeance Raguidel par exemple), l’on rencontre également ce qui Lüthi nomme les « motifs aveugles » et « tronqués[20] », qui n’ont soit aucune fonction dans le récit (il précise que ces motifs « aveugles » sont rares) soit une fonction incomplète, comme si le motif était déconnecté de l’ensemble de la narration. Quant à nos objets merveilleux, puisque, d’une part ils correspondent à la définition de Thompson, et que l’on retrouve d’autre part la distinction établie par Lüthi entre certains objets dont la nature merveilleuse est mentionnée mais jamais utilisée dans la narration et d’autres qui motivent véritablement l’aventure, ils apparaissent bien comme de potentiels motifs merveilleux à part entière.

Roman en vers et roman en prose

Cette assimilation des objets merveilleux à des motifs littéraires va nous permettre de réfléchir à la question de la forme des romans aux XIIe et XIIIe siècles. Il existe une distinction évidente entre deux branches de la matière de Bretagne : l’une, en vers, s’inscrit dans la continuité formelle des romans antiques, de ceux de Chrétien de Troyes et de ses plus immédiats continuateurs, tandis que l’autre, en prose, met en jeu une forme nouvelle qui finit par s’imposer au cours du XIIIe siècle pour le roman. Cette distinction entre roman en vers et roman en prose est devenue classique pour la critique, à tel point que sa justification a été plus ou moins laissée en suspens, depuis Gaston Paris jusqu’aux travaux plus récents d’Anita Guerreau-Jalabert.

Les romans en prose appartiennent le plus souvent à des ensembles cycliques centrés sur le Graal, et composent ainsi de véritables édifices littéraires et idéologiques, que la critique compare volontiers à des cathédrales, dans un XIIIe siècle où le gothique s’impose nettement face à l’architecture romane. Pour leur ambition à redéfinir la chevalerie, ces cycles du Graal ont été perçus (par Albert Pauphilet et Alexandre Micha, par exemple) comme une sorte de nouvel Évangile apocryphe. Or, les motifs littéraires sont certes présents, mais assez épars, disséminés dans les œuvres en prose. Cela peut être dû au fait que le récit et l’aventure ne sont qu’un prétexte à la délivrance d’un message, d’une « bonne parole » destinée à faire évoluer la chevalerie et la société.

À l’inverse, les romans en vers présentent des aventures plus ponctuelles, destinées au simple divertissement, ou à la glorification plutôt qu’à l’édification de la chevalerie[21] : ce n’est pas un hasard si nombre de romans en vers sont centrés sur Gauvain, le personnage renvoyant à une aristocratie plus traditionnelle la meilleure image possible d’elle-même. Dans son « Introduction » à la traduction des Merveilles Rigomer, Marie-Luce Chênerie avance que ce roman s’adresse à « un auditoire essentiellement masculin de petits chevaliers ruraux, ce qui expliquerait la forme versifiée, qui dans la littérature narrative devient conservatrice et plus populaire que la prose, dès la première moitié du XIIIe siècle[22]. » On voit ainsi que le maintien du vers dans l’écriture romanesque relève, en partie au moins, d’enjeux psychologiques et sociaux.

Nous pouvons également envisager une explication littéraire. En effet, l’intérêt des récits en vers — qu’ils soient longs ou brefs, comme les lais — semble résider en majeure partie dans l’enchaînement des aventures, dans ce que Chrétien de Troyes nomme la « conjointure » : les auteurs construisent alors leur roman en s’appuyant sur les motifs, qui sont, pour un certain nombre d’entre eux au moins, créés à partir d’objets merveilleux. Si l’on considère aussi la nature en partie orale de la pratique littéraire du XIIe siècle, il ne fait aucun doute que la mémorisation et la récitation d’une œuvre se trouvaient facilitées par la présence d’éléments bien connus dans l’imaginaire commun, et que cela permettait une compréhension et une immersion plus immédiates du public dans le récit. Ainsi, certains romans brefs se trouvent littéralement centrés sur un objet merveilleux. Dans Le Chevalier à l’Épée, alors que Gauvain est allongé sur un lit merveilleux, une épée sort du plafond pour le tuer : cet épisode a lieu entre les vers 560 et 616, le roman en comptant 1206 au total. De la même manière, le château tournant sur lui-même dans La Mule sans Frein — où un homme demande à Gauvain de le décapiter et de revenir le lendemain pour subir le même sort de sa main — apparaît entre les vers 440 et 633, sur un total de 1136[23]. Même si ces remarques mériteraient d’être vérifiées avec d’autres œuvres (notamment pour les différents épisodes des romans longs), il n’en reste pas moins que le seul objet merveilleux présent dans ces deux romans s’en trouve précisément au centre.

Ainsi, plus qu’une attitude conservatrice de la part des auteurs qui continuent à privilégier le vers par rapport à la prose, il y a chez eux une véritable volonté de laisser au roman sa part de divertissement, de refuser le lien indissoluble qui semble se créer entre théologie et roman — le « projet théologal » évoqué par Henri Mieze dans sa communication —, pour peut-être permettre au roman de conserver toute la naïveté joyeuse de ses débuts, mais aussi de garder une ouverture sur le monde dans toute sa complexité et sa diversité, une ouverture sur l’Autre.

Le chevalier et le surnaturel : réagir à l’altérité

Des réactions stéréotypées

Lorsqu’ils sont confrontés à la merveille, les personnages ressentent le plus souvent un émerveillement, justement définitoire du merveilleux : cette peur plus ou moins paralysante, proche de la stupeur, est la réaction la plus commune face à un objet dont l’origine n’est a priori jamais établie, donc potentiellement menaçant — sauf dans le cas du Graal. Dans la Première Continuation, c’est cette incertitude qui provoque la peur d’Arthur face à des épées émettant une vive lumière ; en se signant, il est rassuré face à ce qu’il voit dès lors comme une merveille d’origine divine — un miracle — et retrouve son courage (v. 400-414). On peut voir dans cette réaction une invitation généralisée à la méfiance face à l’altérité de l’objet, voire à son rejet, dans la mesure où cette altérité peut se révéler une menace pour le chevalier, et plus largement pour la société.

Il existe aussi de rares cas où la réaction est autre. Dans la Deuxième Continuation, l’anneau, mentionné plus haut, avec lequel Perceval peut faire avancer une mule, comporte une pierre qui suscite la fascination du héros. Mais la façon dont le narrateur insiste sur l’absorption du héros dans cette contemplation n’est pas sans rappeler celle qu’il a pour les taches de sang sur la neige — le référent amoureux en moins. En cela, elle semble quelque peu menaçante également, car elle rend le personnage étranger aux éventuelles sollicitations du monde extérieur. Et, toute notion de menace mise à part, cet objet se révèle capable d’entraîner l’individu vers un Ailleurs, avec toute l’incertitude et les risques que cela implique.

La révélation de rapports sociaux par l’Autre

Dans un contexte courtois, l’objet merveilleux peut devenir une menace également pour la cohésion de l’ordre social. On en rencontre en effet quelques-uns dont la fonction est d’éclairer les relations maritales, notamment en révélant l’infidélité des dames ou épouses. Dans La Vengeance Raguidel, il est question d’un manteau qui raccourcit lorsqu’une femme infidèle l’enfile : Guenièvre est la première à l’essayer, le manteau raccourcit comme le lecteur s’y serait attendu ; puis c’est au tour du reste des dames de la cour, qui sont toutes (à l’exception d’une) victimes du même sort — la dame de Keu suscite le rire général tant le manteau remonte sur son corps (v. 3889-4133). Dans la Première Continuation, un autre objet produit le même effet : un cor à boisson, nommé « Bonec » et capable de transformer l’eau en vin, se renverse sur un homme qui voudrait y boire si son épouse ou amie lui est infidèle ; l’expérience produit les mêmes résultats qu’avec le manteau (v. 3140-3248). A priori, et quand bien même ces révélations sont prises avec une relative légèreté par l’assemblée, cette ingérence du surnaturel, de l’Autre Monde, dans le monde courtois en menace l’équilibre, dans la mesure où il rompt la culture du secret constitutive de la courtoisie.

En réalité, il s’agit surtout d’intégrer, de façon plaisante, la courtoisie à l’aventure chevaleresque. Dans ces deux épisodes, une dame est épargnée, et le personnage est identique : c’est l’amie de Caradé dans la Première Continuation, de Caraduel aux Bras Courts dans La Vengeance Raguidel. Ce chevalier autrement mineur se voit ainsi élu d’une certaine manière, non plus pour ses qualités martiales mais bien pour la courtoisie de son amie. Cette dernière également, bien que dans une moindre mesure, se voit hissée au-dessus des autres dames, ce qui lui vaut la jalousie et la « haine » de celles-ci dans la Première Continuation. De la même manière, dans La Vengeance Raguidel, cette épreuve permet à Gauvain de repenser à son amie Ydain, alors absente, et de se montrer convaincu qu’elle aurait réussi l’épreuve : cet épisode permet en quelque sorte de faire d’Ydain — aux yeux de Gauvain du moins — la meilleure dame du monde, destinée au meilleur chevalier du monde. Ainsi, ces brèves digressions courtoises centrées sur un objet potentiellement dangereux pour la société permettent au récit de prendre une certaine saveur, de retrouver quelque légèreté, tout en faisant participer plus activement les dames à une aventure dont elles sont autrement assez absentes.

L’altérité comme moteur romanesque : une invitation à la jonction des cultures

Enfin, il est certains objets merveilleux qui établissent un pont entre les cultures et les systèmes de pensée. D’une part, il y a ceux qui permettent concrètement le franchissement d’une frontière vers l’Autre Monde : les nefs, dont nous avons déjà parlé, et les ponts. Concernant les ponts, au-delà des deux exemples bien connus du Chevalier de la Charrette — le Pont sous l’Eau et le Pont de l’Épée —, Perceval se voit par exemple obligé de traverser deux ponts dans la Deuxième Continuation, les deux étant situés à quelques centaines de vers d’écart seulement : d’abord, un pont de verre (v. 26120-26193), qui crée l’illusion qu’il s’effondre au moment où le héros le parcourt, puis un pont inachevé (v. 26758-26811), construit « par art de nigromance » et qui se déplace vers l’autre rive (tout en poussant une sorte de cri) pour faire accéder Perceval au lieu d’un tournoi où il s’illustre incognito. Nous voyons donc que ces ponts, en plus de faire accéder le héros à un Autre Monde, permettent son élection : celle de Lancelot par le Pont de l’Épée, celle de Perceval par le pont de verre qui éprouve son courage et le pont inachevé qui ne se meut que pour l’élu. Comme les nefs merveilleuses, ces ponts permettent donc, par l’élection du meilleur chevalier, la consolidation de la société chevaleresque et sa glorification.

Les objets merveilleux peuvent aussi être l’occasion pour les auteurs de manifester une certaine fascination pour l’exotisme. Ainsi en est-il des automates, ces objets, souvent des statues, capables de se mouvoir seuls : à la fin des Merveilles Rigomer, Gauvain doit traverser un pont gardé par des automates innombrables, bien armés, et de ce fait mortels pour tout autre que celui destiné à mettre fin aux « merveilles de Rigomer » ; sans surprise (pour le lecteur moderne du moins), les automates restent inertes au passage de Gauvain et permettent ainsi sa victoire et sa consécration (v. 14425-14502). Ces automates se révèlent intéressants par la description qui en est faite : ils sont entièrement en métal et fonctionnent par « engien d’eve [d’eau] et par conduit » ; ce fonctionnement apparemment hydraulique est ici présenté comme certes merveilleux, mais pas entièrement surnaturel, le narrateur se trouvant comme partagé entre son incompréhension scientifique et son intuition d’une explication tout à fait rationnelle. Puisque, dans nos romans et l’imaginaire de l’époque plus largement, les automates font directement écho à l’importation de connaissances scientifiques nouvelles depuis l’Orient, nous voyons comment ces objets s’inscrivent pleinement dans le dialogue entre les cultures.

En dernier lieu, l’objet merveilleux peut être à la fois écho littéraire et canal de la Providence dans l’œuvre. Dans la Deuxième Continuation, Perceval découvre, dans la salle déserte d’un château, un échiquier dont les pièces se déplacent seules (v. 20150-20192), et que l’on retrouve environ 7000 vers plus loin — à cette seconde occasion l’histoire de l’échiquier et sa provenance sont précisées : donné par Morgane, il a été construit par une fée (v. 27688-28067). En jouant trois parties consécutives, Perceval est systématiquement mis mat : on peut y voir un écho aux trois objets composant la procession du Graal et à son échec lors de cette aventure ; dans la mesure où le jeu d’échecs est souvent perçu comme le symbole des jeux de pouvoir sociaux, nous pouvons également y lire l’échec social et chevaleresque (en plus de l’échec spirituel) d’un héros encore en construction. Et au-delà de cette référence cryptée à la matière romanesque elle-même, le fait qu’elle soit réalisée au travers d’un objet surnaturel d’origine féerique témoigne d’un flou quant à l’origine de ce merveilleux (à fonction élective), à la fois chrétien et païen, comme si les romans en vers n’avaient pas encore totalement procédé à l’axiologie du surnaturel qui sera commune dans les romans du Graal en prose.

Ainsi, des anneaux aux automates, en passant par les châteaux, les navires et les ponts, s’intéresser aux objets merveilleux, qu’ils soient surnaturels ou non, passifs ou décisifs pour la suite de l’aventure, permet avant tout de se questionner sur la nature du merveilleux breton lui-même. Dans une perspective plus générale, le bref aperçu que j’ai voulu proposer de ces objets nombreux et variés nous a permis de nous interroger sur le roman des XIIe et XIIIe siècles, dont les auteurs sont partagés entre une tentation apparemment conservatrice du vers et celle du progrès que représente la prose, avec les évolutions de la matière et des ambitions du roman — plus largement de la fiction — que cela entraîne nécessairement. Enfin, nous avons pu constater que, loin de cette image que l’on peut avoir d’une époque obscurantiste et isolationniste, le Moyen Âge, à travers son imaginaire et la littérature qui en émane, peut aussi se faire le porteur de valeurs telles que la curiosité et l’ouverture sur l’Autre.

Vincent Clédel

[1] Daniel Poirion, Le Merveilleux dans la littérature française du Moyen Âge, Paris, PUF, 1982.

[2] Francis Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIe-XIIIe siècles). L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion, 1991.

[3] Jean-René Valette, La Poétique du merveilleux dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1998.

[4] Les anneaux ont par exemple été traités par Francis Gingras, dans « L’anneau merveilleux et les deux versants du désir. Présentation du Thesaurus informatisé des motifs merveilleux de la littérature médiévale », Revue des langues romanes, CI, 2, 1997, p. 163-183.

[5] Depuis les années 1950 notamment, de nombreux chercheurs y ont consacré des études d’envergure : Myrrha Lot-Borrodine, Edmond Faral, Jean Frappier, Alexandre Micha, Daniel Poirion, Jean-René Valette, Mireille Séguy ou encore Philippe Ménard, pour ne citer que ceux-là.

[6] Sur ce point, voir entre autres Francis Gingras, art. cité (en part. p. 169 sqq.), ainsi que Jean-René Valette, La Poétique du Merveilleux…, op. cit., p. 331-333.

[7] Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au Lion, éd. et trad. David Hult, Paris, Librairie Générale Française (« Lettres Gothiques »), 1994, v. 1021-1038.

[8] Jehan, Les Merveilles de Rigomer, éd. Wendelin Foerster, Dresden / Halle, Max Niemeyer, 1908, v. 6101-6410 et 13988-14052.

[9] Wauchier de Denain, The Second Continuation. The Continuations of the Old French Perceval, éd. William Roach, vol. IV, Philadelphia, The American Philosophical Society, 1971, v. 26018-26119.

[10] Guillaume le Clerc, Fergus, dans The Romance of Fergus, ed. Wilson Frescoln, Philadelphie, W. H. Allen, 1983, v. 3674-3705.

[11] Chrétien de Troyes, Érec et Énide, éd. et trad. Jean-Marie Fritz, Paris, Librairie Générale Française (« Lettres Gothiques »), 1992, v. 4212-4224.

[12] Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. Frédérique Le Nan, Genève, Droz, 2014, v. 5515-6137.

[13] Raoul de Houdenc, Méraugis de Portlesguez. Roman arthurien du XIIIe siècle, publié d’après le manuscrit de la Bibliothèque du Vatican, éd. et trad. Michèle Szkilnik, Paris, Champion, 2004, v. 1272-1275, 3457-1462 et 5019-5025.

[14] Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, v. 124-286. Notons également une occurrence assez inhabituelle d’anneaux merveilleux : au nombre de cinq, ils se trouvent sur les doigts du chevalier mort et ne pourront être retirés que par celui qui est destiné à aider Gauvain dans sa quête ; il s’agit d’Yder. Cette fonction purement élective est rare pour cette catégorie d’objets.

[15] Première Continuation de Perceval (Continuation-Gauvain), texte du ms. L [version brève] édité par William Roach, trad. et prés. par Colette-Anne Van Coolput-Storms, Paris, Librairie Générale Française (« Lettres Gothiques »), 1993, v. 9303-9328.

[16] Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. Michèle Perret, trad. Michèle Perret et Isabelle Weill, Paris, Champion (« Classiques Champion »), 2003, v. 1875-1920.

[17] Les enchanteurs l’ont métamorphosée en guivre en la frappant d’un livre magique, ce qui est plutôt original — pour ne pas dire unique.

[18] Stith Thompson, The Folktale, New York, The Dryden Press, 1946, p. 415 (traduction personnelle). Texte original : « A motif is the smallest element in a tale having a power to persist in tradition. In order to have this power it must have something unusual and striking about it. »

[19] Stith Thompson, « Introduction », Motif-Index of Folk-Literature, Bloomington [Indiana] and London, Indiana University Press, 1966 [2e impression], p. 19 (traduction personnelle). Texte original : « Commonplace experiences, such as eating and sleeping, are not traditional in this sense. But they may become so by having attached to them something remarkable or worthy of remembering. Mere eating is usually of no particular interest in a story. Eating on a magic table, food furnished by helpful animals, food that gives magic strength — these become significant and are likely to be handed down by the teller of tales. »

[20] « blind » et « truncated motifs » : Max Lüthi, The European Folktale, Form and Nature, Philadelphie, Institute for the Study of Human Issues, 1982, p. 59-62.

[21] Les quatre Continuations du Conte du Graal ne semblent pas vérifier cette idée : en effet, elles s’inscrivent non seulement à la suite du roman de Chrétien, mais se suivent encore entre elles pour les trois premières, la quatrième étant à insérer entre elles. Toutefois, l’accent y est bien davantage mis sur l’aventure et le récit que dans les romans cycliques en prose, preuve en est la faible part accordée à l’élucidation du sens des aventures merveilleuses, qui prend au contraire une place prépondérante dans certains romans en prose.

[22] Dans La légende arthurienne – Le Graal et la Table ronde, Paris, Robert Laffont (« Bouquins »), 1989, p. 962.

[23] [Anon.], Le Chevalier à l’épée et Paien de Maisieres, La Mule sans frein, dans Two old French Gauvain romances : “le Chevalier à l’épée” and “la Mule sans frein”, éd. R. C. Johnston et D.D.R. Owen, Scottish Academic Press, 1972.