Érudition (2) : Corinna Onelli

 Manipuler l’érudition : Francesco Redi et ses Expériences sur la génération des insectes (1668)

[résumé par l’auteure de son article paru dans le recueil Reconnaître l’érudition, Paris, La Taupe Médite, 2019, p.35-56]

Dans cet article, je m’intéresse à un ouvrage du naturaliste Francesco Redi (1629-1697), communément considéré comme le père de la biologie moderne. Les historiens des sciences accordent à Redi le mérite d’avoir réfuté, sur la base d’un rigoureux empirisme, la croyance millénaire dans la génération spontanée, c’est-à-dire l’idée que les êtres vivants pourraient se développer à partir de la matière. Pourtant, la lecture en contexte de l’œuvre de Redi, ainsi que sa comparaison avec la littérature érudite de son temps, mettent radicalement en discussion cette image.

Né à Arezzo (Toscane), Redi a passé toute sa vie à la cour des Médicis à Florence où il joue un rôle de premier plan en tant que médecin personnel du Grand-duc. Il a également été poète et lexicographe, contribuant largement à la troisième rédaction du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1691), le plus important des dictionnaires de la langue italienne [1]. Redi fréquente aussi l’Accademia del Cimento, dont le but déclaré est de maintenir vivant l’héritage de Galilée.

En 1668, Redi publie les Esperienze intorno alla generazione degl’insetti (Expériences sur la génération des insectes [2]), œuvre qui, déjà dans le choix du vulgaire et dans son titre Esperienze, dénonce la volonté de Redi d’adhérer à l’école galiléenne. Pour souligner l’importance accordée à l’observation, Redi place notamment en exergue de son traité un proverbe arabe qui proclame que « celui qui fait des expériences accroit le savoir, celui qui est crédule augmente l’erreur » [3].

Cet article vise à mettre en relief toute une série de contradictions entre la façade galiléenne des Esperienze et son contenu. Premièrement, en insistant sur le fait que les citations – d’auteurs anciens et modernes, de traités d’histoire naturelle mais aussi des classiques de la littérature – sont extrêmement abondantes dans le traité de Redi. Mais également en montrant, par une analyse détaillée des sources utilisées par cet auteur, que ce dernier a largement (et tacitement) exploité le travail de l’érudit français Samuel Bochart [4].

Deuxièmement, contrairement à ce que Redi proclame dans les premières pages des Esperienze, le débat théorique au sujet de la génération spontanée est bien présent à son esprit quand il compose ce traité. On peut même dire que les Esperienze sont conçues comme une réplique polémique dans laquelle l’érudition se trouve manipulée – j’analyse en particulier la relation dialectique entre le texte de Redi et les écrits du célèbre Athanasius Kircher [5] (qui à son tour a pillé l’œuvre très influente de Fortunio Liceti).

Cet article met en lumière l’habileté avec laquelle Rédi a dissimulé la nature foncièrement livresque et érudite de son traité, à travers le choix de la langue vulgaire et d’une forme textuelle agile comme la lettre, ainsi que par le recours aux images [6] et en évitant tout terme savant. Mais, au-delà de la volonté de Redi lui-même de se présenter en tant que scientifique expérimentateur, en toute vraisemblance pour complaire ses mécènes, ce papier souligne aussi combien les historiens des sciences ont contribué d’une manière déterminante à la fabrication de ce portrait.

[1] Frontispice de la troisième édition du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1691) ; L’œuvre est dédiée au Grand-duc Cosme III. Le symbole de l’académie (un tamis) fait référence à la tâche de la Crusca : séparer le son de blé (crusca) de la farine, c’est-à-dire trier la langue italienne. (Copie digitale mise en ligne par la Biblioteca dell’Istituto dell’Enciclopedia Italiana).
[2] Frontispice de la première édition des Esperienze (Florence, 1668). Le traité de Redi, dans sa version originale en italien, a été réédité trois fois au cours du XVIIe siècle (1674, 1687, 1688) ; en 1671, les Esperienze sont traduites en latin avec le titre Experimenta circa generationem insectorum. (Biblioteca Angelica, Rome, cote: e. 7. 17 – toute reproduction interdite).
[3] Exergue du traité de Redi. Apparemment, le proverbe est tiré du recueil Proverbia Arabica de l’orientaliste Thomas van Erpe (Erpenius). (Biblioteca Angelica, Rome, cote: e. 7. 17 – toute reproduction interdite).
[4] Illustration du Hierozoicon, de l’édition des œuvres complètes (1692) de Samuel Bochart.
(Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, cote: FOL G 60(2) INV 86 – toute reproduction interdite).
[5] Frontispice du Mundus subterraneus de Athanasius Kircher (Amsterdam, 1665).
( Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, Paris, cote: SND 3= 22 – toute reproduction interdite).

[6] Trois planches des Esperienze, représentant les scorpions de Tunis, la mouche de la cerise et la mouche du sureau. Le traité de Redi compte en tout 41 gravures .
(Biblioteca Angelica, Rome, cote: e. 7. 17 – toute reproduction interdite). Ci-dessus : la cerise ; ci-après : le sureau et le scorpion.

Sureau

Scorpion