Accueil

Actualités :

Appel à communications pour une séance du séminaire doctoral du CSLF organisée à destination des étudiant.e.s de master 1 et 2.
La séance aura lieu le mardi 16 mars, de 15h30 a 18h30 (salle a confirmer)

L’œil (toujours) vivant ?

Si je pouvais changer la nature de mon être et devenir un oeil vivant, je ferais volontiers cet échange.” Rousseau, La Nouvelle Héloïse

Le thème de ce séminaire s’inscrit dans la continuité du VIIIe Congrès de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) intitulé « L’œil du XIXe » (mars 2018), qui interrogeait déjà la fécondité extraordinaire de cet objet. Or, si la SERD a fait du XIXe siècle le moment central du thème de l’œil, il nous a semblé pertinent d’élargir la question en variant les périodes et les perspectives méthodologiques. L’ambition de ce séminaire est d’étudier l’œil, non pas seulement en tant que thème, mais en tant que concept à la fois théorique, esthétique et ludique.

La citation en exergue, à l’origine de l’essai de J. Starobinski, L’Œil vivant (1961), nous invite à réfléchir sur la capacité de voir et sur le regard en général : qu’est-ce qui le motive ? Qu’est- ce qui l’empêche ? Qu’est-ce qui le décide ? J. Starobinski interroge en effet toutes les pulsions liées au regard. Organe du désir et des perversions desquelles il s’accompagne parfois, l’œil est d’abord, nous dit-il, un tremplin vers l’invisible et l’imaginaire. Cependant, à la différence d’autres parties emblématiques du corps humain, l’œil a rarement été envisagé comme un objet théorique à part entière – d’aucuns lui préférant la main comme métaphore de la technique, ou le coeur qui, dans l’histoire de la culture occidentale, voire au-delà, continue de symboliser la lutte de l’homme avec son âme ou ses passions. Certes, les études critiques ont souvent abordé la question du visuel, de l’image, de l’imaginaire ou du figural sans faire nécessairement référence à l’œil en tant que tel. C’est notre but ici : constituer l’œil en tant qu’objet d’étude, en jouant sur les différents sens que le mot offre.

Au mépris de toutes les évidences, l’œil doit d’abord être défini pour ce qu’il est, c’est-àdire un organe – qui n’est d’ailleurs pas spécifiquement humain. L’œil pourrait ainsi être etudié comme motif à part entière dans une œuvre ou une époque, au sens littéral ou symbolique. L’œil, mais aussi tout ce qui le déborde (couleur, forme, larmes, marques, lunettes, blessures) apparait évidemment comme un motif esthétique, un détail anatomique dont l’histoire culturelle demeure inépuisable. En outre, l’œil, défini comme organe de la vue, est associé à de nombreuses significations qui peuvent désigner à la fois un organe et un sens, une action (le regard) et une production (la vision). L’œil doit aussi être défini, du point de vue métonymique, comme un relais du jugement de goût ou d’opinion – ne parle-t-on pas de regard critique et de point de vue ? Porter un œil sur quelque chose, c’est tout à la fois interroger les liens qui existent dans le fait de voir et de montrer, et la production de savoirs et de connaissances. L’œil documente aussi bien qu’il témoigne ou qu’il espionne. Il pourra, en ce sens, être interrogé, autant à l’aune de ses potentialités que de ses limites.

Les propositions pourront s’inscrire dans les axes suivants, sans nécessairement s’y limiter :

I- L’œil comme motif

Les représentations de l’œil (littérature, peinture, cinéma…)
Utilisation de l’œil comme ressort narratif (sans se limiter au point de vue)
La portee symbolique de l’œil

II- “Manières de voir”

Œil numérique, œil mécanique versus œil humain ou animal
Les dispositifs techniques liés a la vue
Œil qui dévoile, œil qui voile : aveuglement, cécité, éblouissement, hallucinations
L’œil créateur (œil du photographe, œil du peintre…)

III- L’œil : pouvoirs et limites

L’œil, siège de la connaissance empirique ?
L’œil et le désir (voir, être vu.e)
La vue et l’imagination

IV- L’œil critique

L’œil comme outil méthodologique et critique
Place de la vue dans la constitution des savoirs théoriques
Perspectives diachroniques

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 300 mots, sont à envoyer pour le 1er février 2021 aux adresses suivantes : sophie.f.bros@gmail.com et joao3005@hotmail.com.
Vous recevrez une réponse dans le courant de la semaine suivante.

Présentation générale de ce carnet

Ce carnet, animé par les doctorant.e.s du CSLF, se propose d’offrir une plateforme de visibilité pour leurs travaux de recherche. Il regroupe notamment les actes et programmes des journées d’études et séminaires doctoraux organisés à l’université Paris Nanterre.

logo-doctorantsLe CSLF (EA 1586) se définit comme une équipe généraliste, travaillant sur la longue durée (du Moyen Age au XXIe siècle) dans le champ de l’histoire littéraire française et francophone. Refondé en 2000 pour organiser l’ensemble de la recherche en littérature française à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, il a pour ciment la notion de « sciences de la littérature », qui suppose un effort concerté pour intégrer les apports nouveaux des sciences humaines à ses recherches privilégiant l’histoire des idées et des formes littéraires.

Atelier d’écriture des doctorant.e.s

À partir de janvier 2020 et jusqu’à début avril, l’atelier a lieu tous les lundis après-midis (à partir de 13h30) en salle M201.

Activités récentes

Séminaire doctoral sur L’Œil, 2 décembre 2019

La première séance du séminaire des doctorants du CSLF a eu lieu le lundi 2 décembre 2019, de 13h30 à 16h30 en salle L219.

Nous avons écouté (par ordre alphabétique) :
– Marianne Albertan-Coppola, « La pauvreté, un jeu de regards »
– Marine Champetier de Ribes, « Imiter les ekphraseis de Martial en français: l’oeil et les obstacles de la langue »
– Luce Roudier, « Aperçu théorique et mise en pratique du thème de l’oeil à partir d’un roman de cape et d’épée »

Séminaire méthodologique, 10 février 2020

La première séance du séminaire méthodologique des doctorants du CSLF a eu lieu le lundi 10 février 2020 de 13h30 à 16h30, en salle M201.

Nous avons écouté (par ordre alphabétique) :

  • Lou Legros-Lefeuvre : « Le sacre du romain au miroir de la presse : le rôle de la lecture silencieuse » (sujet de thèse : « le  »sacre du roman » au miroir de la presse », 2e année d’inscription, sous la direction d’Alain Vaillant).
  • Hélène Parent : « L’introduction de la thèse, questions de méthode » (sujet de thèse : « Modernes Cicérons. La romanité des orateurs d’assemblée de la Révolution française et de l’Empire (1789-1807) », 4e année d’inscription, sous la direction d’Alain Vaillant).
  • Luce Roudier : « La littérature sérielle et ses archives. Présentation d’un plan de thèse » (sujet de thèse : « Manuscrits du populaire. La littérature sérielle et ses archives », 3e année d’inscription, sous la direction de Matthieu Letourneux).

Seront présents comme répondants : Isabelle Fabre, Matthieu Letourneux, Jean-Marc Moura.