Marine Champetier de Ribes, « Imiter pour inventer une épigramme à la « française » au XVIe siècle : autour de Clément Marot et Etienne Tabourot des Accords »

Peut-on « inventer » un genre littéraire ? Plus encore, peut-on inventer un genre littéraire qui bénéficie déjà d’une tradition séculaire et de modèles établis depuis l’Antiquité? C’est la question que pose, au XVIe siècle, la « translation », l’importation du genre épigrammatique en langue française. 

Avec la question du genre littéraire vient nécessairement celle du « faiseur » : comment écrire des épigrammes en langue française ; autrement dit, comment devenir un épigrammatiste français ? 

Ces questions trouvent une réponse particulièrement intéressante dans le cas de deux auteurs, chacun à une borne du XVIe siècle. Clément Marot, dans les années 1530, poursuit la démarche entreprise par son contemporain Michel d’Amboise en important le terme d’« épigramme » dans le vocabulaire poétique français. Là où Michel d’Amboise n’utilisait que le nom, sans réel souci de l’objet littéraire et de ses contours, Marot développe implicitement une réflexion sur le genre épigrammatique en re-baptisant certains poème composés antérieurement (des « huictains » ou « dizains » deviennent ainsi, dans l’édition de ses Œuvres en 1538, des « épigrammes »). Marot pousse la démarche plus loin encore : qui dit « translation » d’un genre antique dit modèle à imiter (ou à dépasser). C’est ainsi que se fonde la légitimité poétique. En ce qui concerne l’épigramme, deux figures tutélaires se font face : d’un côté Catulle, associé aux poètes grecs, qui représente l’épigramme simple, narrative, dont le principe fondamental est la venustas, la douceur du langage. ; de l’autre, Martial, qui défend le modèle d’épigramme double qu’il a porté à son apogée : à la narration succède une pointe saillante, surprenante – et parfois blessante–, et la venustas cède le pas au sal romanus, à l’argutia piquante et relevée. Marot se range du côté de Martial, dont il produit une quarantaine d’imitations. Il ne s’agit pas d’une imitation servile, mais d’une pratique inventive qui renouvelle le genre en transposant la narration dans le contexte contemporain de l’auteur. Les thermes romains y sont remplacés par Fontaineblau, les patrons par les grands du règne de François Ier, et les références littéraires latines cèdent le pas à un nouveau panthéon littéraire constitué de plumes françaises. 

Quelques décennies plus tard, l’épigramme change de modèle, sous l’effet des poètes de la Pléiade, peu enclins à suivre Martial. Étienne Tabourot, héritier des deux traditions (marotique et de la Pléiade), fait une tentative audacieuse pour réconcilier les deux modèles autour d’une réinvention complète du genre. Le poète propose donc de changer le nom de l’épigramme en « touche », terme français emprunté au monde de l’escrime, afin que l’on puisse identifier directement l’esprit de cette poésie. Cette nouvelle étymologie, dérivée du grec θίγειν, serait une façon de donner à l’épigramme de nouvelles racines, profondément ancrées dans la tradition poétique française. 

À travers ces deux figures d’épigrammatistes français du XVIe siècle, l’article interroge les rapports complexes qu’entretiennent imitation et invention, ainsi que la relation des poètes aux modèles antiques. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.