Victor Collard, « Une sociologie des oeuvres sociologiques : l’histoire sociale des idées comme juste compréhension de l’invention dans le champ scientifique »

Le programme de recherche de « sociologie des œuvres » qu’a initié Pierre Bourdieu constitue la tentative la plus célèbre pour rendre raison de la logique de création, sans tomber dans deux biais opposés, le premier, d’inspiration marxiste, consistant à identifier les créations comme le produit direct d’une position de classe ; le second consistant à présupposer une liberté totale du créateur. Cette troisième voie a ainsi pu sembler à bien des égards constituer un équilibre, et a été mise en application dans un grand nombre de champs : pictural, littéraire, scolaire etc.   

Paradoxalement, cet intérêt pour l’objectivation des grands artistes s’est rarement accompagné d’un intérêt similaire pour le milieu scientifique. Homo Academicus (1984) n’apparaît ainsi pas vraiment comme le pendant pour le champ scientifique de ce qu’a été Les règles de l’art pour le champ littéraire (1992). Plus généralement, le processus d’objectivation des artistes semble très différent de celui consacré aux chercheurs, peut-être parce que ceux qui la mettent en place sont confrontés à différents biais qui les empêchent de la réaliser complètement. Ainsi, de nombreux penseurs proches des sciences sociales objectivistes ne sont étrangement pas les derniers à dénier toute « influence » ou « source » qui pourrait venir contester leur originalité dans la production d’idées scientifiques. Il est en effet surprenant de compter que des auteurs ayant axé une grande partie de leur programme de recherche sur la déconstruction du mythe du « créateur incréé », équivalent culturel du self made man, semblent en effet ne pas pouvoir analyser avec réflexivité les déterminations ayant présidé à leur œuvre et dénier tous les rapprochements qui pourraient être faits avec la pensée de potentiels précurseurs. Pierre Bourdieu, figure la plus caractéristique de ce positionnement, a par exemple consacré l’essentiel de ses travaux à l’objectivation des individus dans le milieu de l’art, scolaire ou de la science mais refuse avec une vigueur singulière toute objectivation de sa propre œuvre. Recourant certes à l’auto-objectivation, Bourdieu tempête en revanche contre les analyses de sa propre œuvre qu’il assimile à une pratique de lector insignifiante. Il faudrait alors en conclure à une singulière contradiction chez ces auteurs et exiger que les méthodes mêmes qu’ils ont utilisées pour l’objectivation d’autres individus leur soient également appliquées qu’ils le veuillent ou non.  

Il apparaît pourtant qu’un auteur comme Bourdieu délivre ce jugement au terme d’une longue réflexion sur le meiller moyen de rendre compte de ce en quoi consiste « faire parler un auteur »1, opération qu’il juge porteuse d’un grand nombre de biais. Parmi eux, celui d’opérer des rapprochements indus, basés sur une « lecture créatrice »2 évoquant à un tiers chercheur des liens qui en disent plus lui-même que sur les deux auteurs qu’il souhaitait relier. Ainsi, plutôt que d’y voir une singulière hypocrisie, la dénégation de certains penseurs, à commencer par Bourdieu, devant leurs potentielles sources et influences, semble en réalité une condition de l’exigence portée par une véritable « histoire sociale des idées »3. Celle-ci vise en effet à réintroduire l’espace de production dans lequel se meut le chercheur et ne devient plus alors plus une limite à « l’invention » mais au contraire une condition de son advenue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.