Stéphane Lucido, « Créer en détournant, chez Guy Debord »

Image 1 Debord Mon article traite du détournement littéraire et cinématographique dans l’œuvre de Guy Debord. Cet auteur en codifie l’usage dans son « Mode d’emploi du détournement1 ». S’il n’est pas le premier à employer cette façon particulière de créer, on peut dire qu’il la généralise, car elle traverse une grande partie de sa production. Je veux démontrer que la manière debordienne de détourner possède toute sa légitimité dans le champ de la création, précisément dans l’inventivité littéraire et artistique. Il en donne la preuve en élaborant une œuvre singulière, réemployant une matière préexistante produite par d’autres – des bribes de textes, des images –, mais pour un résultat unique. Ce qui est détourné subit un réassemblage, des modifications, une nouvelle contextualisation – comme un « dépaysement » –, qui permettent l’appropriation et l’intégration au langage debordien. Ce qui est prélevé – une phrase de Marx ou des scènes des films de Marcel Carné, par exemple – intègre un contexte inédit favorisant une modification du sens initial. 

C’est par le biais de deux œuvres majeures – le texte La Société du spectacle2 et le long métrage In girum imus nocte et consumimur igni3 – que je développerai mon propos. Dans son film, l’auteur dresse un portrait élogieux de lui-même et fait apparaître deux personnages déterminants qui appuient sous la forme fictionnelle l’éloge autobiographique. Il s’agit du criminel Lacenaire – figure historique bien réelle, mais magnifiée par le regard du réalisateur Carné dans Les Enfants du paradiset du Diable. Celui-ci campe un personnage déclencheur dans Les Visiteurs du soir4, ayant pour projet de détruire l’humanité. 

Des extraits où apparaissent ces figures viennent ponctuer le discours en voix off que Debord tient sur sa personne. Par une proximité dans la temporalité du film, Lacenaire et le Diable – ennemis des hommes – rejoignent Debord l’« ennemi de la société5 ». Par là même, l’auteur aux visées révolutionnaires s’incorpore la réputation de dangerosité inhérente à ses deux modèles si éloignés du droit chemin. 

Dans ses écrits, un travail équivalent est accompli, notamment dans La Société du spectacle, qui se propose de décrypter les techniques manipulatoires à l’œuvre dans la société moderne d’après 1945. Debord y intègre des bribes de textes d’autres auteurs, tels que Isidore Ducasse ou Marx. L’on note que le détournement littéraire se situe dans un registre culturel plus « élevé », empêchant l’ironie dont sont souvent imprégnées les images détournées – issues fréquemment du cinéma populaire. Les phrases préexistantes doivent elles aussi changer de main en intégrant un nouveau contexte, ici littéraire, voyant leur sens évoluer, se modifier. 

L’objectif premier du détournement est de subvertir la société – indirectement, en contestant « toutes les formes de langage qui [lui] appartiennent6 ». Le patrimoine culturel dans son ensemble doit connaître une réappropriation par le plus grand nombre. Ducasse estime que « La poésie doit être faite par tous7. » Debord parle même de « communisme littéraire8 », la littérature ne devant plus être la propriété d’une élite spécialisée. 

Enfin, je détaillerai les multiples possibilités de détournement que Debord envisage. J’en montrerai les limites dans son œuvre. Et je mettrai en lien notre temps et cet art sans fin. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.