Aurore Vincent, « Présence de Baudelaire chez Reverdy, source de création »

Si le terme d’invention apparaît peu sous la plume de Pierre Reverdy, celui de création est en revanche omniprésent. Servant à définir un art nouveau, il est au cœur d’une esthétique qui s’attache à condamner avec une égale virulence l’imitation de la nature et celle des Anciens. « Absolument moderne », l’écrivain véritable doit d’abord chercher la matière de son œuvre au plus profond de lui-même. Dans Nord-Sud, revue qui fait office de véritable organe de combat pour cet art de création qu’entend promouvoir le poète, ce dernier affirme ainsi faire partie de ceux « qui croi[ent] qu’on ne peut créer aujourd’hui l’art de demain pas plus que refaire celui d’hier » et qu’« imiter un art classique ou tout autre art classé [c’est] recommencer inutilement une chose déjà créée ». Affirmant ceci, il semble constater un écart infranchissable entre imitation et création et convier ses pairs à œuvrer dans le sens de cette dernière. Cet appel à l’invention – au sens de création d’un objet artistique nouveau – rejoint l’injonction de l’époque à l’originalité en même temps qu’elle en transforme les données.  

Alors que pour beaucoup, le temps est à la recherche effrénée de nouveautés considérées pour elles-mêmes, démarche que Reverdy condamne – notamment dans « Les Hommes inconnus », conte qui livre un portrait à peine voilé de l’avant-garde surréaliste et où est critiquée « l’originalité mécanique » – la poétique reverdienne défend une originalité qui n’est pas en amont du processus artistique mais davantage en aval, conséquence prévisible de l’introspection d’un être singulier qui cherche à faire œuvre en refusant l’imitation. À lire la poésie de Reverdy, il semble que le poète ait eu à cœur de suivre ses propres préceptes. Dès le milieu du siècle dernier, nombre d’auteurs ont souligné l’originalité de cette œuvre, à commencer par les surréalistes eux-mêmes.  

Pourtant, malgré cette défense du caractère iconoclaste des écrits reverdiens, il est possible de remarquer la grande variété de textes qui nourrissent ceux-ci. Cette influence apparaît parfois comme pleinement consciente. En témoigne par exemple la forte présence d’un intertexte baudelairien, assez aisément identifiable, qui constitue l’objet plus spécifique de cet article. Si l’on présuppose une forme de cohérence entre l’œuvre de Reverdy et sa poétique, il devient nécessaire de s’interroger sur le statut de ces écrits. Comment définir ceux-ci ? Dans quelle mesure et sous quelles conditions l’imitation peut-elle se faire création ? Il s’agira de comprendre quelles fonctions ont ces textes dans la formation d’une œuvre originale et, in fine, comment imitation et création peuvent s’articuler dans un processus d’écriture.  

Après avoir mené une étude comparée des poèmes « Horizon », « La Fontaine de sang » et « Le Soleil », sont examinées les poétiques qui émergent de ces textes et les représentations qu’ils proposent de la figure du poète. La question du statut de l’hypotexte et de son lien avec la notion de création dans la poétique reverdienne est ensuite envisagée. Enfin, il s’agit de replacer l’esthétique reverdienne dans un contexte qui en éclaire certains aspects. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.