Séminaire de recherche des doctorant.e.s

2021-2022 : “Création plurielle : faire œuvre à plusieurs”
Première séance : 29 novembre 2021
  • Jeanne Mouslin, “Cultures et influences plurielles dans les ouvrages de François Cheng”
  • Lou Legros-Lefeuvre, “Articles et droits de réponse: pour une poétique dialectique de la critique littéraire dans la presse du XIXe”
  • Benoît Petiet, “correspondances voltairiennes”

2019-2021 – “L’Œil (toujours) vivant ?”

16 mars 2021 :

  • Julie Richin (doctorante, Nanterre) “« Et tes regards les flèches » : pour une approche du regard dans et sur l’Hécatombe à Diane d’Agrippa d’Aubigné” ;
  • Laëtitia Bertrand (doctorante, Ens Lyon) : “L’Œil inquiet de Musset & Baudelaire, visions, hallucinations et diffractions” ;
  • Eugénie Martin (doctorante, Paris III) “L’Œil écoute : l’aventure musicaliste au croisement des avant-gardes”;
  • Clémentine Delaporte (doctorante, Nanterre): “Le pouvoir de l’œil : le panopticon inversé d’Alfred Jarry dans L’Amour absolu” ;
  • Margaux Grosse (masterante, Nanterre) : “Blaise Cendrars, l’observateur et le visionnaire : dépasser l’œil”.

Séance du 8 décembre 2020

  • Stefan Andersson : « L’image de l’Autre : La Norvège, sa nature et son peuple regardés de la France »
  • Sophie Bros : « Le paradigme cinématographique dans les romans d’aventures : l’exemple de José Moselli »
  • Benoît Petiet : « Des yeux ébahis aux yeux fermés » (Bachelard) Le statut problématique de l’observation dans les textes des Lumières à portée scientifique »

Séance du 9 mars 2020

  • Joao Da Rocha : “Un œil sur le toit : Maurice Sachs, voyeur à découvert”
  • Delphine Delga-Leleu : “L’ « œil panoptique » et l’ « œil exotropique » : voir plus loin, voir autrement. La question du regard chez Maylis de Kerangal (Naissance d’un pont et Un monde à portée de main)
  • Lou Legros-Lefeuvre : “Vers un imaginaire de papier : homogénéisation culturelle et diffractions identitaires au XIXe siècle”

Séance du 2 décembre 2019

  • Marianne Albertan-Coppola, “La pauvreté, un jeu de regards”
  •  Marine Champetier de Ribes, “Imiter les ekphraseis de Martial en français: l’oeil et les obstacles de la langue”
  • Luce Roudier, “Aperçu théorique et mise en pratique du thème de l’oeil à partir d’un roman de cape et d’épée”
Présentation du thème: “L’œil (toujours) vivant ?” “ Si je pouvais changer la nature de mon être et devenir un oeil vivant, je ferais volontiers cet échange.” Rousseau, La Nouvelle Héloïse Le thème de ce séminaire s’inscrit dans la continuité du VIIIe Congrès de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) intitulé « L’œil du XIXe » (mars 2018), qui interrogeait déjà la fécondité extraordinaire de cet objet. Or, si la SERD a fait du XIXe siècle le moment central du thème de l’œil, il nous a semblé pertinent d’élargir la question en variant les périodes et les perspectives méthodologiques. L’ambition de ce séminaire est d’étudier l’œil, non pas seulement en tant que thème, mais en tant que concept à la fois théorique, esthétique et ludique. La citation en exergue, à l’origine de l’essai de J. Starobinski, L’Œil vivant (1961), nous invite à réfléchir sur la capacité de voir et sur le regard en général : qu’est-ce qui le motive ? Qu’est- ce qui l’empêche ? Qu’est-ce qui le décide ? J. Starobinski interroge en effet toutes les pulsions liées au regard. Organe du désir et des perversions desquelles il s’accompagne parfois, l’œil est d’abord, nous dit-il, un tremplin vers l’invisible et l’imaginaire. Cependant, à la différence d’autres parties emblématiques du corps humain, l’œil a rarement été envisagé comme un objet théorique à part entière – d’aucuns lui préférant la main comme métaphore de la technique, ou le coeur qui, dans l’histoire de la culture occidentale, voire au-delà, continue de symboliser la lutte de l’homme avec son âme ou ses passions. Certes, les études critiques ont souvent abordé la question du visuel, de l’image, de l’imaginaire ou du figural sans faire nécessairement référence à l’œil en tant que tel. C’est notre but ici : constituer l’œil en tant qu’objet d’étude, en jouant sur les différents sens que le mot offre. Au mépris de toutes les évidences, l’œil doit d’abord être défini pour ce qu’il est, c’est-à-dire un organe – qui n’est d’ailleurs pas spécifiquement humain. L’œil pourrait ainsi être etudié comme motif à part entière dans une œuvre ou une époque, au sens littéral ou symbolique. L’œil, mais aussi tout ce qui le déborde (couleur, forme, larmes, marques, lunettes, blessures) apparait évidemment comme un motif esthétique, un détail anatomique dont l’histoire culturelle demeure inépuisable. En outre, l’œil, défini comme organe de la vue, est associé à de nombreuses significations qui peuvent désigner à la fois un organe et un sens, une action (le regard) et une production (la vision). L’œil doit aussi être défini, du point de vue métonymique, comme un relais du jugement de goût ou d’opinion – ne parle-t-on pas de regard critique et de point de vue ? Porter un œil sur quelque chose, c’est tout à la fois interroger les liens qui existent dans le fait de voir et de montrer, et la production de savoirs et de connaissances. L’œil documente aussi bien qu’il témoigne ou qu’il espionne. Il pourra, en ce sens, être interrogé, autant à l’aune de ses potentialités que de ses limites. Les propositions pourront s’inscrire dans les axes suivants, sans nécessairement s’y limiter : I- L’œil comme motif – Les représentations de l’œil (littérature, peinture, cinéma…) – Utilisation de l’œil comme ressort narratif (sans se limiter au point de vue) – La portee symbolique de l’œil II- “Manières de voir” – Œil numérique, œil mécanique versus œil humain ou animal – Les dispositifs techniques liés a la vue – Œil qui dévoile, œil qui voile : aveuglement, cécité, éblouissement, hallucinations – L’œil créateur (œil du photographe, œil du peintre…) III- L’œil : pouvoirs et limites – L’œil, siège de la connaissance empirique ? – L’œil et le désir (voir, être vu.e) – La vue et l’imagination IV- L’œil critique – L’œil comme outil méthodologique et critique – Place de la vue dans la constitution des savoirs théoriques – Perspectives diachroniques Années précédentes :

2016-2017 : Lancement de l’Atelier

Atelier des doctorant.e.s du CSLF – Séance d’introduction Atelier des doctorant.e.s du CSLF – Deuxième séance 2017-2018 : L’Érudition Les séances ont lieu en salle des Conseils du bâtiment L (4ème étage), de 16h30 à 18h30.
  • Lundi 14 mai 2018: Luce Roudier, “De la “naïveté acquise” : les écrivains populaires, faux ignares ou vrais érudits ?”. Exceptionnellement en salle 411 du bâtiment Paul Ricoeur (L).
  • Lundi 26 mars 2018 : (séance annulée) Matteo Marcheschi, “L’image de l’érudit dans l’Encyclopédie”.
  • Lundi 5 février 2018 : finalisation de l’appel à communications “Reconnaître l’érudition. Définition, pratiques et usages”
  • Lundi 4 décembre 2017: Flavie Kerautret, “« Regardez-y bien, vous l’y trouverez ». Pédantisme et usage des références livresques dans les prologues de Bruscambille.”
  • Lundi 23 octobre 2017: 
    • David Roulier : « “se charger la mémoire au lieu de s’éclairer l’esprit” au XVIIIe siècle : réflexions sur les enjeux anthropologiques d’un cliché
    • Hélène Parent : « Statut de la référence à l’Antiquité́ romaine dans les discours de orateurs de la Révolution française : érudition ou vulgarisation?
  • Lundi 9 octobre 2017: Introduction générale, “L’érudition comme objet d’étude”.